Batman Death Metal T5

Il y a 2 semaines 45

L'histoire :

Le Roi Robin triomphe et s’amuse de la déchéance de Wonder Woman. Il singe même ses discours sur l’honneur et le courage, alors qu’elle est au plus mal. Celui qui Rit l’interrompt : il a du travail à faire et jouer avec les insignifiants super-héros déchus n’a plus aucun intérêt. Il doit s’absenter pour sa tâche la plus difficile : tuer un Dieu ! Il confie à Castle Bat le soin de surveiller les prisonniers. Quand le démon s’enfuit, les super-héros s’activent et chargent Castle Bat. La version négative de Batman est malgré tout très puissante et il repousse ses adversaires. Il parvient à enfermer Superman dans une cloche géante, entrave la Créature des Marais et immobilise Wonder Woman. La situation devient désespérée. C’est à ce moment qu’un grand éclair pourfend le Castle Bat, un éclair qui marque le retour de quelqu’un que l’on croyait mort...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

La réédition en petit format de l’event Batman Death Metal sous le signe du hard rock continue. Ce tome cinq met en avant les vedettes Sepultura ! Là encore, on peinera à trouver le lien entre le groupe australien culte et le projet délirant de Scott Snyder, mais ce n’est malheureusement pas la seule bizarrerie de ce projet. En effet, si vous avez suivi les dégâts immenses causés par le Batman Qui Rit, nul doute que vous ayez bien plus mal à la tête que si vous aviez écouté du Sepultura à fond sur vos enceintes. Il faut en effet sacrément s’accrocher pour suivre Snyder dans ce crossover nébuleux et totalement déjanté. La liste de toutes ses trouvailles farfelues peut déjà le prouver ; un Batman mort qui agit, un Superman au bras de pierre et aux cheveux longs, un Luthor mort qui revient à la vie avec le visage décomposé, sans compter les Robin démoniaques et des Batmen noirs un peu ridicules, comme le dernier présent de ce volume qui ressemble à une publicité pour la firme Lego ! Tout est tellement extravagant dans le point de départ que l’arrivée se doit d’être tout aussi folle. Et c’est le cas dans ce tome qui joue sur des discours de multivers, de nœud temporel, de crise/ anticrise... Seuls les super-héros peuvent se dépatouiller de tout cet imbroglio parce que, pour les lecteurs, ce sera beaucoup plus compliqué... Dommage, encore une fois, car Greg Capullo ne déçoit pas avec son style toujours aussi travaillé et nerveux. Snyder creuse plus avant la tombe de DC... ou sa sépulture.

Lire la Suite de l'Article