Chronique : Macbeth Roi d'Écosse -2- Seconde partie : Le livre des fantômes (Glénat)

Il y a 1 mois 55

I l fait nuit noire. Une femme parcourt à cheval la lande désolée jusqu'à un cairn où l'attendent trois individus à l'allure peu engageante. De l'or contre la mort, une bourse remplie passe d'une paume déterminée à d'autres, avides ; l'affaire est conclue. Gruoch vient de commanditer l'assassinat de Cuilèn, ami et main du roi.

Suite et fin du diptyque avec Le livre des fantômes. Globalement fidèle à l'œuvre d'origine tout en se permettant quelques initiatives personnelles, aussi bien avec l’enchaînement des événements qu'avec le texte de Shakespeare, Thomas Day apporte ici comme modification majeure le fait d'accorder à Lady MacBeth le rôle principal, héroïne terrible, cruelle et prête à tout pour arriver à ses fins. Ce personnage ambigu occupe ici un emploi plus prépondérant que dans la pièce. Loin de se limiter à conseiller son mari, elle prend directement les choses en mains et participe activement à l'ascension du couple. Ce choix scénaristique implique donc de limiter quelque peu l'implication de son homme, celui-ci endossant le statut de victime consentante des agissements de son épouse et non plus seulement de traître. Néanmoins, l'adaptation proposée ici est tout à fait convaincante et le résultat saisissant, faisant bien ressortir toute la dimension tragique du sombre récit aux âmes tourmentées.

La puissance des mots est impeccablement retranscrite en images ; Guillaume Sorel offre notamment de superbes représentations de paysages : lande, châteaux, cercle de pierre, le tout sous des cieux changeants aux tons de rouge, de bleu ou d'orangé. L'artiste joue avec les contrastes de ses couleurs, ce qui donne un rendu vraiment remarquable. Les scènes de combat et de banquet sont également très réussies et permettent, grâce à l'abondance de détails de s'immerger dans l'ambiance envoûtante et violente.

Si les puristes crieront «haro sur le beau Day» par les libertés ouvertement prises, cette version fascinante reste brillamment revisitée par Gillaume Sorel qui offre un second souffle au classique universel d'un grand auteur anglais. Une épopée flamboyante à redécouvrir sous un nouvel angle, parfaitement maîtrisé.

Lire la chronique du tome 1

Par L. Moeneclaey

Lire la Suite de l'Article