Alison Bechdel perce « le secret de la force surhumaine » : « Je n’aimais pas l’idée que les femmes constituaient le sexe faible »

Il y a 2 mois 42
Je m'abonne pour 1€ le premier mois
La cartooniste américaine Alison Bechdel dans le Vermont en 2021. (M. SCOTT BRAUER/REDUX-REA) La cartooniste américaine Alison Bechdel dans le Vermont en 2021. (M. SCOTT BRAUER/REDUX-REA)

Près de dix ans après avoir raconté ses rapports avec ses parents, la cartooniste américaine de « Gouines à suivre » clôt sa trilogie autobiographique avec un récit virtuose sur le sport. Balèze, Alison.

Temps de lecture 5 min

Tatamis, tapis de yoga, pistes cyclables ou descentes à ski : Alison Bechdel, cette « maniaque de l’exercice physique » les a tous foulés. Après avoir exploré les figures parentales dans deux albums psychanalytiques qui ont fait date (« Fun Home », « C’est toi ma maman ? »), l’auteure de BD américaine et icône queer part à la recherche d’elle-même, dans son rapport au sport, avec « le Secret de la force surhumaine » (Denoël Graphic).

La soixantaine passée, Bechdel la cérébrale ne se contente pas d’évoquer son attrait pour les bandeaux-éponge et les polaires Patagonia : c’est toute sa vie, avec ses proches, ses héros littéraires, son art, sa peur de la mort, qui défile sous son crayon affûté, dans un livre pour la première fois mis en couleurs par son épouse Holly Rae Taylor.

Au fil de cette histoire érudite et drôle, il ne s’agit pas seulement de suer, mais d’atteindre un état de transcendance qui permette d’accepter sa condition de simple humain. Depuis le Vermont, elle a répondu à nos questions.

Votre fascination pour le sport commence avec Charles Atlas. Qui était-il ?

Un culturiste qui a gagné beaucoup d’argent en vendant des fascicules à des tas d’enfants américains qui voyaient passer ses pubs dans les comics. L’image est profondément ancrée dans l’esprit des gens de ma génération : un petit monsieur parvient à triompher d’une brute après avoir suivi le manuel de musculation de Charles Atlas. Cette violence, prétendue innocente, est en réalité terrible. Mais à hauteur d’enf

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite, profitez de nos offres dès 1€

Je teste sans engagement

En choisissant ce parcours d’abonnement promotionnel, vous acceptez le dépôt d’un cookie d’analyse par Google.

Les plus lus

Dans la même rubrique

En kiosque

Lire la Suite de l'Article