Blade Runner 2019 T3

Il y a 2 semaines 40

L'histoire :

La Tyrell Corporation a porté au summum la technologie robotique avec le programme Nexus. C'est ainsi qu'on été conçus les Réplicants, parfaite copie artificielle des êtres humains. Mais les Réplicants ont refusé leur statut d'objet et ont fini par détruire le siège social de Tyrell, provoquant par la-même la mort de son fondateur. Les Réplicants sont désormais interdits sur Terre, sous peine de mort. Ils sont pourchassés par les Blade Runner, policiers spécialement formés à les reconnaître et les éliminer. Aahna «Ash» Ashina est parmi les plus redoutables d'entre-eux. Elle a été chargée de protéger Cleo Selwyn, un magnat industriel, d'un complot qui vise à ce qu'elle soit livrée à la Tyrell pour des expérimentations génétiques, mais elle a découvert que c'est son propre père qui est coupable. Selwyn a en effet remplacé sa femme décédée des suites d'une longue maladie par un Réplicant, qui a pris la fuite avec sa fille. Ash et l'enfant se sont réfugiées dans une colonie spatiale mais six ans plus tard, une mutinerie de Réplicants éclate à nouveau. Elles sont désormais séparées. Cleo a fui avec les Réplicants rebelles et Ash, présumée morte, décide de revenir sur Terre...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Ce tome 3 de la série remet un peu l'église au centre du village. En effet, si le départ de la série nous avait convaincu au point de nous laisser babas devant le monde futuriste dessiné par Andres Guinaldo, le second opus nous avait laissé l'étrange sensation d'être lent. Aahnna Ashina, alias Ash, notre héroîne, ne s'est en effet pas engluée longtemps et rebondit comme une diablesse dans ce volume qui se lit vite et bien. Ça se lit vite, parce qu'encore une fois, le duo dessinateur/coloriste fonctionne à merveille et les décors ainsi que les déclinaisons chromatiques donnent une âme à cette Los Angeles inhumaine. Côté narration, cette fois-ci pas de temps mort, le scénario est mieux ficelé et même si les rebondissements sont assez classiques, on ne s'ennuie pas à la lecture de ces 110 pages. Est-ce la co-écriture entre les deux scénaristes qui fonctionne à nouveau bien ? Quoi qu’il en soit, on voyage dans le temps et dans cette ville qui prend la dimension d'un personnage secondaire. Elle véhicule l'ambiance de la série, qui arrive à nous replonger dans l'esprit du film culte. C'est déjà un franc succès que d'y arriver, pour le reste, les petites scories et imperfections, on est prêt à les oublier, tant ses pages sont belles.

Lire la Suite de l'Article