Chronique : Allons z'enfants -1- François & Josette (de 1870 à 1918) (Sarbacane)

Il y a 1 mois 54

1891, dans la campagne bretonne, Jeanne-Louise Quélennec accouche de son premier fils. Son mari Joseph et elle se querellent sur le prénom du nouveau-né. Baptisé François, le garçon est bientôt suivi par un cadet, Yves. Allant à l’école républicaine et fréquentant les bancs de l’église, les frères possèdent des caractères opposés, mais tous deux portent les espoirs de leurs parents : la reprise de la ferme ancestrale. Peu intéressé par cette perspective, François choisit d’intégrer l’armée et pas n’importe laquelle : celle qui fait voyager et l’emmènera aux colonies, puis dans les tranchées. En attendant de partir, il végète à Brest où il rencontre un officier photographe qui, en plus de lui transmettre sa passion, a une fort jolie fille, Josette.
Allons Z’enfants : le titre de cette nouvelle série pour la jeunesse, éditée par Sarbacane et annoncée en trois tomes, résonne tel un coup de clairon. La mélodie de l’hymne national français s’enclenche dans le cortex presque automatiquement et pas qu’une fois, puisque les paroles apparaissent dans certaines vignettes. Alors, serait-ce un moyen de diffuser le chant patriotique dans toutes les têtes des gamins ? Évidemment non ! En revanche, derrière cette citation très cocardière, Yan Le Gat et Pierre Fouillet proposent une plongée dans le vécu des grands événements de l’époque contemporaine par trois générations d’une même famille. En bref, il s’agit de mêler la petite à la grande histoire, le tout en y ajoutant une touche gentiment humoristique afin de rendre le propos plus accessible au public visé (mais que les adultes apprécieront également). Et l’histoire, le scénariste la maîtrise, puisqu’il est Agrégé et professeur en lycée dans cette discipline.

Le premier volume balaie la période allant de 1870 à 1918 et s’invite donc aux sources des conflits qui ont présidé au XXe siècle, en suivant le couple formé par François et Josette. Suivront un tome évoquant les années de 1918 à 1945, puis un troisième couvrant l’époque de la Guerre froide et de la décolonisation (de 1945 à 1963). Le récit débute avec la naissance du principal protagoniste en 1891 et s’intéresse à son évolution et à ses engagements. Cette progression permet à Yan Le Gat de distiller des informations sur les moments qui ont marqué la société hexagonale entre le dernier tiers du XIXe siècle et la fin de la Grande Guerre. Ainsi, sont évoqués les conflits (franco-prussien de 1870, 1914-1918), les conquêtes (l’expansion territoriale en Afrique et en Asie), les progrès scientifiques et artistiques, les luttes politiques (affaire Dreyfus, avènement de la IIIe République, rivalité entre l’Église et les anti-cléricaux), ainsi que le développement économique. Si l’auteur met d’abord en avant le regard de son héros, lequel révèle un grand cœur et sait voir au-delà des apparences ou de la seule nationalité, il ne manque pas non plus de montrer son opposé en la personne d’Yves, le petit frère. Bien que nourri aux mêmes valeurs, ce dernier développe toutefois une opinion divergente qui cumule les étiquettes (anti-dreyfusard, antirépublicain, antisémite, raciste). Ce choix s’avère intéressant, car il montre qu’être élevé et éduqué dans une même fratrie ne garantit nullement une unité de pensée ou une appréhension similaire du monde. L’album revient en outre sur toute la complexité et la fluctuation des alliances entre pays européens durant ces décennies.

Pour accompagner le propos, Pierre Fouillet livre des planches au dessin dynamique et expressif. Le trait croque joyeusement les tronches des différents personnages en les dotant de caractéristiques propres et se révèle un brin caricatural. Les séquences se succèdent avec fluidité grâce à un découpage efficace et les cadrages variés permettent de mettre en valeur l’un ou l’autre aspect en fonction des besoins du récit. La colorisation est à l’avenant. Le tout fonctionne vraiment bien et possède quelque chose d’enthousiasmant, malgré le sérieux de certains passages. Enfin, un dossier documentaire illustré vient compléter le tout et apporte de nombreuses informations supplémentaires, toutes judicieuses. La bande intitulée « Vocabulaire » définit divers termes ou expressions en utilisant des mots simples, tandis que l’encart « Ce qu’il faut retenir » synthétise les points importants. La ligne du temps présente au bas des pages de garde précise quelques autres dates comme celles d’inventions ou d’événements dans le milieu artistique et littéraire.

Intelligent et bien mené, François et Josette ouvre une série jeunesse sur l'histoire contemporaine à la fois prenante, rafraichissante et instructive. Une lecture vivement conseillée aux enfants de primaire et du collège.

Lire la Suite de l'Article