Chronique : Bad Mother (Panini Comics)

Il y a 3 mois 85

A pril Walters est une mère au foyer ordinaire qui mène une vie d'une banalité affligeante, mais elle s'y est faite. Cependant, quand sa fille est enlevée par un gang local, elle n'hésite pas une seconde à se lancer à sa recherche et mettre tout en œuvre pour la reprendre, quitte à entreprendre une vendetta meurtrière et à faire justice elle-même.

Grâce à un scénario haletant et moderne, Christa Faust ne relâche pas la pression et impose un rythme nerveux sans temps mort qui s’appuie sur des ressorts psychologiques habiles et une héroïne originale : une femme comme tout le monde, qui vieillit et prend du poids, pourtant, elle va se transformer en une vraie tigresse et se battre avec hargne et sans technique particulière, juste sa jugeote et ses propres ressources. Chaque scène tient compte de cet état de fait et si les situations sont évidemment extrêmes et peu réalistes, la scénariste tient fermement sa ligne et réussit son pari d'embarquer le lecteur. Les personnages féminins charismatiques portent l’histoire qui se clôt sur une joute mentale forte. D'une base classique de «un enfant disparu est recherché par l'un de ses parents mais la police ne fait rien alors il part en croisade", tout se goupille extrêmement bien et les rebondissements arrivent à surprendre. Le seul bémol réside dans le manque d'approfondissement des caractères car le récit un peu court donne envie de mieux les connaitre.

Le Brésilien Mike Deodato livre une prestation impressionnante dans sa mise en page cinématographique, assurément efficace. Autre exemple d'originalité, la bande séparant normalement les cases ne suit pas le découpage de la planche, elle morcelle une même image, créant une sorte de faux kaléidoscope. La capacité à susciter le suspense et la tension rend la lecture captivante et fluide. Le trait précis et réaliste se révèle parfait pour rendre crédible les péripéties. Pour sublimer le tout, Lee Loughridge pose ses couleurs aux tonalités presque irréelles, accentuant l’ambiance «on the edge».

Ce one-shot plaira à tous les amateurs de polar intense et violent : la vengeance d’une mère de famille dans la norme, poussée à de surprenantes extrémités pour protéger les siens.

Par L. Moeneclaey

Lire la Suite de l'Article