ActualitésCultureBD

Jusqu'au 2 octobre 2022, des dessinateurs du monde entier se retrouvent lors du salon international de la caricature et du dessin de presse à Saint-Just-le-Martel en Haute-Vienne. Les dessinateurs étrangers, absents depuis deux ans, profitent de cette occasion pour s'exprimer avec plus de la liberté que dans leur pays d'origine.

Une quarantaine de dessinateurs étrangers a fait le déplacement pour cette 41e édition du Salon de la caricature et du dessin de presse. Une quarantaine de dessinateurs étrangers a fait le déplacement pour cette 41e édition du Salon de la caricature et du dessin de presse. (France 3 Limousin : G.Beriou, J.Boudier, X.Beaudlet)

Situé à une dizaine de kilomètres de Limoges, la ville de Saint-Just-le-Martel accueille près de 140 dessinateurs pendant plus d'une semaine. Cette 41e édition du salon de la caricature et du dessin de presse est marquée par le retour des dessinateurs étrangers. Absents depuis deux ans en raison de la crise sanitaire, ils sont une quarantaine à avoir fait le déplacement cette année.

FTR

Pour ces auteurs, c'est une occasion unique de se retrouver et de participer à des projets collectifs. "À ma connaissance, c'est l'un des seuls salons qui invite autant de dessinateurs. La dernière fois que je suis venu, j'ai rencontré plein de dessinateurs connus et nous nous sommes mis d'accord pour qu'ils viennent exposer en Croatie et inversement", explique Davor, dessinateur croate. 

Le salon permet aussi à certains auteurs étrangers de dessiner sans crainte. Clear, dessinateur d'origine roumaine, se sent particulièrement libre de s'exprimer : "J'ai de l'inspiration ici et du courage. Vous voyez, j'ai dessiné une caricature de Poutine. Je suis de Roumanie et la guerre est à notre frontière, là-bas j'ai peur de dessiner Poutine", raconte-t-il.

Guerre en Ukraine, pandémie et réchauffement climatique... L'actualité du moment, aussi morose soit-elle, inspire les dessinateurs. Leur but ? Provoquer chez le public un rire parfois moqueur. Avec l'exposition Ras le Bolsonaro II, les dessinateurs brésiliens et internationaux s'amusent de l'actuel président. "C'est difficile pour nous dessinateurs de le rendre plus caricatural qu'il ne l'est déjà. Et en même temps, il nous abreuve de sujets à commenter et à critiquer : la destruction de l'Amazonie, les 680 000 morts du Covid, le fascisme ou le racisme", détaille Bonfim, dessinateur brésilien et organisateur de l'exposition.

Salon International de la caricature et du dessin de presse, 41e édition, 87590 Saint-Just-le-Martel. Jusqu'au 2 octobre 2022. Tarif plein 6 euros, tarif réduit 4 euros. Programme et informations sur le site du salon.