Locke & Key

Il y a 2 mois 90

L'histoire :


- Décrocher la Lune : Lovecraft, Massachusetts, 1912. Ian et son père observent la Lune. Le petit demande à quoi ressemble l'autre côté du satellite. Son père lui répond qu'il n'y a pas d'autre face, parce que celle que nous voyons est la seule qui existe, que si d'aventure il faisait le tour de la Lune, il y découvrirait tous les câbles, leviers, rouages et carabistouilles qui font tourner le monde, sachant que les carabistouilles sont des sortes de tubes pneumatiques qui permettent les mouvements du ciel. Car ce dernier n'est qu'on ingénieux décor fait de toiles et des cartons en perpétuelle rotation...
- Grindhouse : C'était pendant la grande dépression, les braquages étaient nombreux. Ce jour là, c'est la station balnéaire, et non la banque, qui est braquée. Les trois gangsters sont des pros, ils n'ont pas hésité à flinguer deux Policemen. Le plan des truands n'était pas mauvais, ils n'arrivent pas à compter le nombre de liasses de dollars, mais ils font une erreur : vouloir se replier au manoir des Locke...
- Petit coin : Kinsey, Tyler et Bode on décidé de faire un tour dans la propriété du manoir. Ty est persuadé qu'il pourrait trouver une autre clé. Le petit Bode les appelle une fois, puis deux, puis trois. Il a un besoin urgent alors son aîné lui dit d'aller se soulager dans les buissons, plus loin...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

On ne va pas se mentir, Locke & Key est une série chouchou. On veut dire par là qu'il va falloir se lever tôt pour trouver un lecteur de comics qui vous dira qu'il n'a pas accroché. Dans le sillage de l'adaptation Netflix, voici un numéro hors-série constitué de trois histoires courtes et, comme on ne va toujours pas vous mentir : c'est un régal. Open the Moon a été nommée aux Eisner Awards 2012 pour la meilleure histoire courte. Et c'est complètement logique, pour sa poésie et ses références à Georges Méliès. Cette histoire, c'est vraiment un voyage extraordinaire, un conte extrêmement touchant. Puis on change radicalement d'ambiance avec Grindhouse/, qui commence façon polar hommage aux pulps et finit avec des accents de Shining ! Un petit bijou d'actions et d'horreur.Enfin, Petit coin est vraiment un petit clin d’œil, puisqu'il fait quatre pages mais présente l'intérêt d'être 100% fun, avec un feat de Tank Girl ! On savourera également le cahier de fin d'album avec une couv d'Ahley Wood, un reportage photo et documenté sur les auteurs et les recherches qu'ils ont menées pour concevoir la ville de Lovecraft. Alors si en plus on jette un coup d’œil au prix de cet album, on vous dit carrément de le faire passer en caisse !

Lire la Suite de l'Article