Victimes de leur succès, les mangas s'arment contre le piratage en ligne

Il y a 1 mois 57

Les mangas ne connaissent pas la crise : malgré l'essor des traductions illégales en ligne, les éditeurs de bande dessinée japonaise ont lancé des applications gratuites pour tenter d'attirer les lecteurs pirates.

En plein boom, les mangas constituent en France le 2e marché mondial, "très important", de l'aveu même de la Shueisha, l'une des plus grandes maisons d'édition du genre avec ses succès planétaire One Piece ou My Hero Academia. Pour contrer des traductions illégales en ligne, les éditeurs de bande dessinée japonaise ont lancé des applications gratuites pour attirer les lecteurs pirates.

A Paris, un immense monstre de 45 mètres de hauteur se dégage et semble prendre d'assaut un des sites de la Bibliothèque nationale de France. Pour promouvoir la sortie du premier tome de Kaiju N°8, tiré à 250.000 exemplaires, son éditeur Kazé a vu les choses en grand avec une affiche XXL. Le titre refflète un succès exceptionnel de la bande dessinée japonaise. Entre janvier et août 2021, plus de 28 millions de mangas se sont écoulés dans le pays, contre près de 20 millions d'exemplaires pour tous les autres types de bande dessinée, selon l'institut GfK. Une première dans l'histoire de l'édition française.

"On est sur un marché qui est multiplié par deux pratiquement chaque année. C'est une période exceptionnelle pour nous, ça ne s'est jamais vu", confie à l'AFP Jérôme Manceau, directeur marketing France de Crunchyroll, maison mère de Kazé. Seule ombre au tableau, le fléau persistant du piratage en ligne.

Contrairement aux séries TV sur les plateformes de streaming, les derniers épisodes des mangas japonais à succès ne sont pas traduits simultanément dans les autres langues. Il faut attendre plusieurs mois avant que la version française ne soit disponible en librairie. "Entre 6 à 12 mois environ", précise à l'AFP Satoko Inaba, directrice éditoriale manga chez Glénat, l'éditeur de One Piece en France.

Conséquence : de nombreux sites de traductions "sauvages" ont prospéré pour répondre au besoin des fans d'accéder rapidement à une version traduite de l'épisode tant attendu. En toute illégalité. Pour contrer le phénomène, la Shueisha a lancé fin septembre une version française de son application Manga Plus. Créé en 2019, ce service disponible en sept langues (français, anglais, espagnol, thaï, indonésien, russe, portugais brésilien) offre en ligne un accès gratuit, légal et simultané à chaque nouveau chapitre pour une durée limitée. Manga Plus donne accès à huit séries en français pour l'instant, dont "One Piece", "My Hero Academia" et "Kaiju N°8", contre 118 dans sa version anglaise.

Les traductions sont réalisées par les éditeurs français de chaque série, qui pourront également lancer leur propre "alternative légale" comme Glénat avec "Glénat Manga Max". "On a recruté une éditrice" pour supporter les charges de travail supplémentaires liés à la vitesse de traduction, raconte Jérôme Manceau.

De quoi enrayer le phénomène ? "Depuis le lancement de Manga Plus, il y a eu plusieurs exemples de gros sites proposant des mangas illégalement qui ont cessé de publier des mises à jour. Il y a aussi des services web qui ont interdit à leurs utilisateurs de publier des liens vers les versions piratées des séries disponibles sur l'application", se félicite la Shueisha auprès de l'AFP.

Avec cinq millions d'utilisateurs actifs mensuels, la maison d'édition japonaise peut-elle réussir à combler le manque à gagner dû au piratage -  "impossible à quantifier", selon les éditeurs - en monétisant cette nouvelle audience ? "Nous espérons que le développement d'offres légales comme Manga Plus permettra de convertir les lecteurs en les faisant aller des sites de manga pirates vers des offres légales et que les ventes de mangas à l'étranger augmenteront encore", répond-elle à l'AFP.

"Pour nous, c'est une vitrine publicitaire", confirme Satoko Inaba de Glénat. "Si une personne, qui n'était intéressée que par One Piece, arrive à s'intéresser à un autre titre grâce à cette vitrine, cela veut dire que cela a marché pour nous".

Lire la Suite de l'Article